/!\ Météo-France Nouvelle-Calédonie vous informe qu'en raison de la situation actuelle, certaines informations météo ne peuvent plus être mises à jour sur ce site.
Carte de vigilance météo

Vigilance météorologique

Consultez la carte

⇒ Établi à partir des données disponibles le 05/01/2022

   1- Contexte climatique 2022 : La Niña doublée du réchauffement climatique
2- Bilan des précipitations : l’année la plus humide jamais enregistrée
       Cumuls annuels, rapports aux normales et répartition géographique
       Évolution des précipitations au fil des mois
       Épisodes pluvieux remarquables
       Valeurs remarquables
3- Bilan des températures : l’année la plus chaude jamais enregistrée
       Température moyenne annuelle et écart à la normale
       Évolution des températures au fil des mois
       Valeurs remarquables

 2022

1- Contexte climatique 2022 : La Niña doublée du réchauffement climatique

À l’échelle planétaire, dans un contexte de réchauffement climatique toujours croissant, la température moyenne observée à la surface du globe dépasse la référence 1850-1900 de +1,15 °C (estimation provisoire proposée par l’Organisation météorologique mondiale, le 6 novembre 2022), faisant de 2022 la 5e année la plus chaude depuis plus d’un siècle (illustration 1).

Évolution des anomalies de température planétaire annuelle entre 1881 et 2022, par rapport à la période de référence 1850-1900 (Source : NASA/GISS/GISTEMPv4) Illustration 1 : Évolution des anomalies de température planétaire annuelle entre 1881 et 2022, par rapport à la période de référence 1850-1900.
Source : NASA/GISS/GISTEMPv4

À ce contexte de réchauffement climatique planétaire, s’est ajoutée dans notre région l’influence de La Niña. Or, contrairement à la chronologie classique de l’évolution du phénomène ENSO1, le phénomène La Niña apparu en octobre 2021 ne s’est pas essoufflé à l’entrée dans la saison fraîche 2022 (illustration 2). La Niña a donc influencé le climat de la Nouvelle-Calédonie tout au long de l’année 2022.

Évolution de La Niña entre janvier 2021 et décembre 2022 (Source : Mercator Océan PSY3V4)Illustration 2 : Évolution de La Niña entre janvier 2021 et décembre 2022.
Source : Mercator Océan PSY3V4

La présence continue de La Niña depuis octobre 2021 a entraîné un réchauffement de la surface de la mer au voisinage de la Nouvelle-Calédonie qui, amplifié par le réchauffement climatique, a atteint des températures sans précédent cette année : depuis mai 2022, tous les mois affichent des anomalies chaudes jamais atteintes jusqu’à présent, comme le montre le graphique de l’illustration 3, montrant l’évolution mensuelle des anomalies de température de surface de l’océan Pacifique au voisinage de la Nouvelle-Calédonie depuis 1900.

Évolution des anomalies de la température mensuelle de surface de l’océan Pacifique au voisinage de la Nouvelle-Calédonie (dans la zone de coordonnées 10°S-155°E / 25°S-170°E) entre janvier 1900 et novembre 2022 (période de référence 1981-2010) (Source : ERSST V5 ; mise en page : climatereanalyzer.org)
Illustration 3 : Évolution des anomalies de la température mensuelle de surface de l’océan Pacifique au voisinage de la Nouvelle-Calédonie (dans la zone de coordonnées 10°S-155°E / 25°S-170°E) entre janvier 1900 et novembre 2022 (période de référence 1981-2010). 
Source : ERSST V5 ; mise en page : climatereanalyzer.org

La carte des anomalies de température de surface de la mer en septembre 2022 (illustration 4) permet de visualiser l’étendue de ces anomalies chaudes au voisinage de la Nouvelle-Calédonie.

Anomalies de température de surface de la mer au voisinage de la Nouvelle-Calédonie en septembre 2022 par rapport à la période de référence 2003-2017 (Source : MUR SST ; mise en page : IFREMER)Illustration 4 : Anomalies de température de surface de la mer au voisinage de la Nouvelle-Calédonie en septembre 2022 par rapport à la période de référence 2003-2017.
Source : MUR SST ; mise en page : IFREMER

Dans ce double contexte d’une Niña ininterrompue depuis plus d’un an et du réchauffement climatique, l’année 2022 s’est donc déroulée dans un environnement excessivement chaud, inédit jusqu’à présent. Cette situation a largement favorisé la recrudescence des types de temps humides, chauds et instables (alizés instables ou temps tropicaux) sur le pays (illustration 5) : au cours de l’année 2022, ces types de temps sont apparus durant 222 jours sur 365, soit 83 jours de plus qu’habituellement, ce qui constitue un record jamais observé jusqu’à présent.

Nombre de jours par an pendant lesquels le temps en Nouvelle-Calédonie a été chaud, humide et instable (« alizés instables » ou « temps tropicaux ») (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 5 : Nombre de jours par an pendant lesquels le temps en Nouvelle-Calédonie a été chaud, humide et instable (« alizés instables » ou « temps tropicaux »).
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie

Cette présence récurrente d’air chaud et humide d’origine tropicale tout au long de l’année a généré une pluviométrie abondante et des températures élevées, faisant de 2022 l’année la plus arrosée et la plus chaude jamais observée depuis le début des mesures.

Note : 1/ ENSO : El Niño Southern Oscillation. C’est l’alternance entre les phases El Niño, La Niña et neutre.

2- Bilan des précipitations : l’année la plus humide jamais enregistrée

Cumuls annuels, rapports aux normales et répartition géographique

Le bilan pluviométrique de la Nouvelle-Calédonie en 2022 est supérieur à la normale 1991-2020. Le cumul annuel moyen2 sur le pays s’établit à 2 570 mm environ, soit environ 70 % de plus que la valeur de référence. L’année 2022 devient ainsi l’année la plus pluvieuse jamais mesurée en Nouvelle-Calédonie (illustration 6).

Classement des années de 1970 à 2022, établi sur la base des cumuls annuels de précipitations de 9 stations météorologiques de référence réparties uniformément sur la Nouvelle-Calédonie (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 6 : Classement des années de 1970 à 2022, établi sur la base des cumuls annuels de précipitations de 9 stations météorologiques de référence réparties uniformément sur la Nouvelle-Calédonie.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie
.

En 2022, les cumuls annuels de pluie s’échelonnent entre 1 422 mm à la station Phare Amédée (Nouméa) et 5 022 mm à la station Goro Ancienne Pépinière (station PRNC située à Yaté). Sans surprise, la côte ouest de la Grande Terre a reçu moins de pluies (cumuls annuels majoritairement inférieurs à 2 000 mm) que la côte est et les Îles Loyauté (cumuls annuels supérieurs à 2 500 mm) (illustration 7, carte du haut).

Dans son ensemble, la Nouvelle-Calédonie a connu des conditions hydro-climatiques très humides (illustration 7, carte du bas). Sur le sud-ouest de la Grande Terre en particulier, entre le Mont-Dore et Poya, mais aussi sur les communes de Canala, Ouvéa et Voh, les cumuls annuels mesurés représentent le double des quantités annuelles habituellement observées. La station de La Tontouta a même enregistré l’équivalent de 2 années et demie de pluie.

Cumuls annuels de précipitations en 2022 en mm (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.)Rapports à la normale 1991-2020 des cumuls annuels de précipitations en 2022 (en %). (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 7 : En haut : cumuls annuels de précipitations en 2022 (en mm).
En bas : rapports à la normale 1991-2020 des cumuls annuels de précipitations en 2022 (en %).
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

Note : 2/ Moyenne établie à partir des données de 20 stations météorologiques disposant de normales 1991-2020 et réparties uniformément sur la Nouvelle-Calédonie.

Évolution des précipitations au fil des mois

Au fil des mois, les précipitations ont rarement été déficitaires en 2022, autant en termes de cumuls mensuels, que de nombre de jours de pluie. Avec un total de 142 jours de pluie3, l’année 2022 comptabilise le plus grand nombre de jours pluvieux jamais enregistré, après 1988 qui en dénombre 132. Cela représente 37 jours de plus que la moyenne 1991-2020.

Mois après mois, à deux exceptions près, des conditions pluviométriques excédentaires se sont succédé (illustration 8) :

Cumuls mensuels moyens de précipitations en 2022 en Nouvelle-Calédonie au regard des normales mensuelles 1991-2020. Une médaille indique que le mois correspondant se situe au 1er, 2ème ou 3ème rang des mois les plus pluvieux jamais mesurés en Nouvelle-Calédonie (source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 8 : Cumuls mensuels moyens de précipitations en 2022 en Nouvelle-Calédonie au regard des normales mensuelles 1991-2020. Une médaille indique que le mois correspondant se situe au 1er, 2ème ou 3ème rang des mois les plus pluvieux jamais mesurés en Nouvelle-Calédonie.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

  • À l’exception du mois de mars au bilan pluviométrique légèrement déficitaire (- 20 %) en raison d’un temps tropical moins présent que durant les autres mois, les cumuls de précipitations entre janvier et avril ont été environ 2 fois plus élevés que la normale (environ +85 % d’excédent de précipitations en janvier, février et avril).
  • Puis, après un mois de mai au bilan pluviométrique légèrement déficitaire en lien avec un régime d’alizé proche de la normale, la saison fraîche (juin, juillet et août) a été copieusement arrosée. Les mois de juillet et août, en particulier, ont enregistré des cumuls mensuels dignes d’un mois de mars, environ trois fois plus élevés que les cumuls habituels. Juillet et août 2022 se hissent ainsi au 1er rang des mois de juillet et août les plus pluvieux jamais mesurés en Nouvelle-Calédonie (illustration 8). Au cours de ces mois, des situations météorologiques de type « temps tropical » et « alizé instable », habituellement observées durant la saison chaude, ont été à l’origine d’épisodes pluvio-orageux remarquables. Sur le trimestre juin-juillet-août, le cumul pluviométrique moyen à l’échelle du pays a été plus de deux fois supérieur à la normale 1991-2020 (+120 % d’excédent pluviométrique) faisant de la saison fraîche 2022 la saison fraîche la plus pluvieuse de ces 70 dernières années (après celle de 1967, avec un excédent pluviométrique de +100 %). En 2022, la saison fraîche a contribué au quart du cumul de précipitations annuel moyen du pays, alors qu’elle représente habituellement environ un sixième du cumul annuel (moyenne 1991-2020).
  • Dans le prolongement de la saison fraîche, les mois de septembre et octobre, habituellement secs, ont été plus humides qu’à l’accoutumée, avec environ +50 % d’excédent de pluie.
  • Enfin, décembre 2022 a clos l’année avec des précipitations équivalentes à environ deux mois et demi de pluies. Décembre 2022 devient ainsi le 3ème mois de décembre le plus pluvieux en Nouvelle-Calédonie, après décembre 1981 et décembre 2011.

Note : 3/ Jour de pluie : jour au cours duquel le cumul mesuré est supérieur ou égal à 1 mm.

Épisodes pluvieux remarquables

En lien avec des conditions La Niña actives sur l’océan Pacifique tout au long de l’année 2022, des épisodes pluvieux d’une rare intensité ont eu lieu, même entre juillet et septembre, mois habituellement peu propices aux phénomènes pluvio-orageux.

En 2022, 17 épisodes pluvieux, répondant aux critères de sélection ci-dessous, sont comptabilisés (illustration 9) :

  • Pour les épisodes d’une journée, au moins une station a mesuré un cumul quotidien de plus de 160 mm ;
  • Pour les épisodes de deux jours ou plus, au moins une station a mesuré un cumul quotidien de plus de 160 mm et au cours des journées contiguës, au moins une station a mesuré un cumul quotidien de plus de 100 mm.

L’épisode le plus long a duré 4 jours lors du passage de la dépression tropicale forte FILI entre le 4 et le 7 avril. Il a engendré sur le pays un cumul moyen de 156 mm1. La station de Ouégoa a enregistré un cumul maximal de 429,1 mm sur ces 4 jours.

L’épisode le plus pluvieux est celui du 15 au 17 août. Sur ces 3 jours, il est tombé en moyenne 199,9 mm4 de pluie sur le pays et au maximum 359,6 mm à Ouégoa.

illustration9Illustration 9 : Épisodes pluvieux les plus remarquables en 2022. La taille des bulles est proportionnelle au cumul de pluie moyen de l’épisode (moyenne calculée sur la base de 29 stations météorologiques).
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

Note : 4/ Moyenne des cumuls de 29 stations sur la totalité de l’épisode.

Valeurs remarquables
  • Valeurs extrêmes des cumuls mensuels (parmi 69 points d’observation)

Le cumul mensuel le plus faible est 1,6 mm, mesuré à la station de Poya en octobre.

Le cumul mensuel le plus élevé vaut 844,8 mm, enregistré à la station Yaté-Mairie en février.

  • Valeur maximale du cumul maximal mesuré en une journée (parmi 69 points d’observation)

Le 3 décembre, la station Rivière Blanche (Yaté) a enregistré le cumul maximal en une journée de l’année, avec 265,7 mm.

  • Records de cumuls annuels et mensuels (parmi 57 points d’observation effectuant des mesures depuis plus de 20 années

Pour 12 stations de mesure, le cumul annuel de précipitations de 2022 est un record qu’elles avaient, pour la majorité, déjà battu en 2021 (tableau 1). Pour la station de Nouméa, située au Faubourg-Blanchot, le cumul annuel de 2022 détrône le précédent record qui date de 1967 !

StationDébut des mesuresCumul annuel 2022Record précédent
Bouraké (Boulouparis) 2000 1383,5 mm 1186,8 mm (2021)
La Ouenghi (Boulouparis) 1973 1760,8 mm 1410,4 mm (2021)
Dumbéa 1989 2782,2 mm 2527,7 mm (2021)
Mou (Lifou) 1977 2773,5 mm 2746,2 mm (2021)
Boulari (Mont-Dore) 1981 2415,7 mm 1965,1 mm (2011)
La Coulée (Mont-Dore) 1979 3017,9 mm 2775,5 mm (1989)
Nouméa 1950 1733,1 mm 1608,3 mm (1967)
Magenta (Nouméa) 1964 1908,5 mm 1679,1 mm (2011)
Mouli (Ouvéa) 1992 2355,6 mm 2155,3 mm (2021)
Païta 1951 2070,1 mm 2033,5 mm (2021)
Rivière Blanche (Yaté) 2000 3628,3 mm 3376,8 mm (2008)
Méa (station SLN, Kouaoua) 1992 3458,0 mm 3157,5 mm (2021)

Tableau 1 : Stations de mesure qui battent leur propre record de cumul annuel de pluie en 2022.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

De nombreux records de cumuls mensuels de pluie ont été battus au cours de la saison fraîche (illustration 10). Certains entrent dans les annales, comme celui de la station de Canala qui, avec 405 mm en juillet, bat son précédent record de 330,2 mm de juillet 1967 !

Nombre de stations de mesure qui battent leur propre record de cumul mensuel de précipitations en 2022 (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 10 : Nombre de stations de mesure qui battent leur propre record de cumul mensuel de précipitations en 2022.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie

3- Bilan des températures : l’année la plus chaude jamais enregistrée

Température moyenne annuelle et écart à la normale

Avec une température moyenne annuelle de 24,7 °C en 2022, l’écart à la normale climatologique 1991-2020 est de +1,3 °C, faisant de l’année 2022 la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des mesures en Nouvelle-Calédonie (illustration 11). Comme mentionné en première partie de ce bilan, ces températures inédites sont la conséquence directe de La Niña qui a maintenu un environnement océanique excessivement chaud au voisinage du pays tout au long de l’année, doublée du changement climatique qui accroît les anomalies de températures océaniques et atmosphériques d’année en année.

Écart à la normale 1991-2020 des températures moyennes annuelles en Nouvelle-Calédonie de 1970 à 2022 (Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 11 : Écart à la normale 1991-2020 des températures moyennes annuelles en Nouvelle-Calédonie de 1970 à 2022.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

Évolution des températures au fil des mois

En 2022, les températures moyennes mensuelles ont été systématiquement supérieures aux valeurs saisonnières. Mois après mois, les records tombent. Mars, mai, juillet et novembre 2022 dépassent leurs précédents records. Août et septembre atteignent des records de rang 2 (illustration 12). En cause, une température de l’océan qui, comparativement à la normale, est restée exceptionnellement élevée au voisinage de la Nouvelle-Calédonie tout au long de l’année et plus intensément encore à partir du mois de mai : cela a provoqué une remarquable recrudescence de types de temps tropicaux ou d’alizés instables durant toute l’année, et notamment durant l’hiver austral (illustration 13). La présence de ces types de temps a largement conditionné l’évolution des températures mensuelles en Nouvelle-Calédonie tout au long de l’année 2022, comme en témoigne la forte similitude entre les graphiques 12 et 13. La forte prédominance de ces types de temps humides et chauds entre mai et septembre a d’ailleurs rendu les nuits exceptionnellement douces durant toute la saison fraîche, au point que celle-ci s’est à peine fait ressentir cette année (les manguiers et les letchis ne démentiront pas !).

Évolution des températures moyennes mensuelles en 2022 au regard de la température moyenne de référence 1991-2020 en Nouvelle-Calédonie (valeurs de l’indice thermométrique calculé avec 15 stations). Une médaille indique que le mois correspondant se situe au 1er, 2ème ou 3ème rang des mois les plus chauds jamais mesurés en Nouvelle-Calédonie (source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 12 : Évolution des températures moyennes mensuelles en 2022 au regard de la température moyenne de référence 1991-2020 en Nouvelle-Calédonie (valeurs de l’indice thermométrique calculé avec 15 stations). Une médaille indique que le mois correspondant se situe au 1er, 2ème ou 3ème rang des mois les plus chauds jamais mesurés en Nouvelle-Calédonie.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

Évolution du nombre de jours par mois pendant lesquels le temps en Nouvelle-Calédonie a été chaud, humide et instable (« alizés instables » ou « temps tropicaux ») en 2022 au regard de la moyenne 1991-2020 (source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 13 : Évolution du nombre de jours par mois pendant lesquels le temps en Nouvelle-Calédonie a été chaud, humide et instable (« alizés instables » ou « temps tropicaux ») en 2022 au regard de la moyenne 1991-2020.
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie.

Ainsi, entre janvier et avril, les écarts à la normale ont oscillé entre +0,4 °C et +0,8 °C d’un mois à l’autre. Puis durant les mois les plus frais, entre mai et octobre, les températures sont restées bien au-dessus des normales, particulièrement la nuit. En mai et juin, l’écart à la normale est en moyenne de +1,4 °C. En juillet, il atteint +2,6 °C (avec notamment +3,6 °C d’écart pour les minimales), pulvérisant le précédent record de juillet 1998 : +1,8 °C d’écart à la normale. Pour finir l’année, les températures restent encore très élevées, avec un mois de novembre record (+1,4 °C) et une anomalie chaude en décembre de +1,0 °C.

 

Valeurs remarquables
  • Journées et nuits extrêmes à l’échelle du pays

La journée du 1er décembre 2022 est la plus chaude de l'année 2022, avec en moyenne une température maximale5 de 32,5 °C, soit +3,7 °C d’écart aux valeurs de saison.

La journée la plus fraîche est celle du 18 août 2022, avec une température maximale5 en moyenne égale à 21,5 °C, soit un écart à la normale de -2,9 °C.

La nuit la plus chaude est celle du 10 février 2022, avec une température minimale5 atteignant 26,1 °C en moyenne, soit +2,7 °C d’écart à la normale.

La nuit la plus fraîche est celle du 18 août 2022, avec une température minimale5 égale à 14,4 °C en moyenne, soit un écart à la normale de -1,8 °C .

  • Valeurs extrêmes des températures quotidiennes aux stations (parmi 53 points d'observation)

La température la plus élevée de l’année atteint 36,7 °C mesurée à Canala le 11 mars.

La température la plus basse de l’année vaut 8,6 °C mesurée à Ouanaham (Lifou) le 11 août.

Le 7 juillet, la station de Nouméa a enregistré 34,0 °C, ce qui constitue la plus haute température jamais enregistrée en Nouvelle-Calédonie au cours d’un mois de juillet, toutes stations confondues.

  • Records de températures quotidiennes (Tmax ou Tmin) aux stations (parmi 24 points d'observation)

En 2022, les records de température aux stations de Nouvelle-Calédonie se sont succédé sans discontinuer tout au long de l’année, témoignant du caractère exceptionnellement chaud de cette année. Le graphique suivant (illustration 14) fait la synthèse du nombre de stations de mesure de plus de 20 ans d’ancienneté, qui ont battu leurs propres records de température quotidienne au cours de cette année 2022. Au total, ce sont 59 records de chaleur qui sont battus pour les températures maximales (Tx) et 68 records de chaleur pour les températures minimales (Tn).

Nombre de stations de mesure de plus de 20 ans qui battent leur propre record de température en 2022 : en bleu, les records de température minimale (Tn), en rouge, les records de température maximale (Tx) (source : Météo-France Nouvelle-Calédonie)Illustration 14 : Nombre de stations de mesure de plus de 20 ans qui battent leur propre record de température en 2022 : en bleu, les records de température minimale (Tn), en rouge, les records de température maximale (Tx).
Source : Météo-France Nouvelle-Calédonie

Note : 5/ Classement établi à partir de la moyenne des données quotidiennes de températures de 5 stations de référence.

 

//