Bulletin climatique mensuel - Janvier 2017

Situation générale

Sat pFig. 1 : Image satellite du 08/01/2017 à 07h loc. montrant l’activité pluvio-orageuse qui a touché le Pays à l’occasion de la descente d’air chaud humide d’origine tropicale entre le 6 et le 12 du mois.

 

Le mois de janvier est marqué par un temps chaud et pluvieux en première période et un alizé en retrait

Après quelques jours d’un alizé modéré en tout début de mois, le pays a été concerné du 6 au 12 par la descente d’une vaste masse d’air chaude et humide d’origine tropicale qui a entraîné de nombreuses averses orageuses avec localement d’importants cumuls. Suite à cet épisode, un régime anticyclonique, synonyme de vents faibles et de beau temps s’est mis en place jusqu’au 21. il a été contrarié par le passage d’un front froid au cours de la journée du 22 qui a essentiellement touché le sud du pays. Finalement, l’alizé s’est établi à partir du 23 et jusqu’à la fin du mois.

Dans un contexte de réchauffement climatique global, ce mois de janvier, sans être exceptionnellement chaud, est le 27ème mois consécutif à connaître des températures supérieures aux normales 1971-2000 depuis le mois d’octobre 2014.

pluieUn temps sec

cumul rr p

Fig. 2 : Cumul des précipitations du mois (en mm).

 

rapport normale rr p

Fig. 3 : Rapport des précipitations du mois par rapport aux normales (en %).

Synthèse du mois

La première partie de mois est dominée par un temps variable et plutôt humide sous l’influence de descentes de masses d’air tropical. L’essentiel des pluies est tombé pendant cette période de manière éparse, avec parfois et localement des précipitations intenses et orageuses sur le territoire entre le 7 et le 12, comme en témoigne les 166 mm relevés en 24h à Ouinné le 10.
Durant la deuxième partie, l’anticyclone de Tasman au sud du pays a repris le pouvoir et le temps s’est sensiblement asséché, malgré quelques averses et un passage faiblement perturbé dans un courant d’Ouest le 22 et le 23. Les  cumuls de pluie s’échelonnent entre 35,3 mm à Bouraké et 404,3 mm à Galarino sur l’ensemble du territoire.

Le bilan mensuel des quantités de précipitation est donc mitigé avec des zones plutôt bien arrosées et excédentaires comme la région de Voh-Koné-Pouimbout et d’autres plutôt déficitaires comme les communes de la Tontouta ou Borindi, seulement touchées par des pluies de faible intensité. Toutefois, l’analyse du nombre de jours pluvieux* témoigne d’un bilan proche de la normale sur l’ensemble du territoire avec 13 jours de pluie en moyenne au lieu de 12 pour un mois de janvier.


Bilan par rapport aux normales et records

Ce mois de janvier est dans l’ensemble légèrement déficitaire avec une moyenne de -7 % sur la Nouvelle-Calédonie par rapport à la normale.Toutefois, le bilan, est beaucoup plus contrasté selon les régions avec des déficits moyens de -7 et 34 % pour la cote Ouest et la cote Est et un excédant de 21 % sur les Loyautés.   .
Le tableau suivant fournit les valeurs des cumuls moyens de précipitations relevés sur l’ensemble des stations au cours du mois de décembre, pour la côte Ouest, la côte Est et les Îles Loyauté, en comparaison avec les normales.

 

Région Cumul moyen Normale
Côte Ouest
146 mm
155 mm
Côte Est
196 mm
290 mm
Iles Loyauté
212 mm
177 mm

* jour de pluie : jour durant lequel le cumul de pluie est supérieur ou égal à 1 mm.

temperatureRetour à des températures normales

Ecart Normales Tx 201701 p

Fig. 5 : Écart à la normale des températures maximales du mois (en °C)

 

Ecart Normales Tn 201701 p

Fig. 4 : Ecart aux normales des températures minimales du mois (en °C)

Synthèse du mois

Sous l’influence de la descente d’une vaste masse d’air d’origine tropicale qui a touché la Nouvelle-Calédonie du 6 au 12 janvier, les températures ont souvent été au dessus des normales pendant la première quinzaine. Pendant cette première partie de mois, les nuits ont partout été plus chaudes que d’habitude du fait d’une importante nébulosité qui a limité la dissipation du rayonnement terrestre nocturne.
Dans un régime de temps plus classique, la seconde moitié du mois a connu des valeurs plus conformes aux normales de saison.

Températures minimales

Si la première quinzaine a été marquée par des nuits plus chaudes que la normale partout sur le territoire, elles ont en revanche été particulièrement fraîches sous un ciel bien dégagé du côté de Hienghène, de Thio ou des Loyauté pendant la deuxième quinzaine rétablissant les températures minimales mensuelles à des valeurs proches des normales dans ces régions-là (fig. 4 et 6). En moyenne, elles sont comprises entre 18,6°C à Montagne-des-Sources et 24,8°C à Poingam. La minimale la plus basse est mesurée à 15,3°C, le 18 à Port-Laguerre. La plus haute est relevée à 26,8°C à Poingam le 31.

Températures maximales

A l’exception de la région de Kone où les maximales ont été légèrement inférieures aux normales notamment en seconde partie de mois, elles ont été dans l’ensemble au dessus des valeurs de saison partout ailleurs sur le Territoire (fig 6). En moyenne, les maximales sont comprises entre 25,8°C à Montagne des Sources et 32,8°C à Sandaco, à proximité de Boulouparis.
La maximale la plus élevée est mesurée à Bouraké le 30 avec 35,4°C. La plus faible est relevée à 20,9°C le 24 à Montagne des Sources.

 

TNTX NOUMEA 201701 p

Fig. 6 : Écart aux normales des températures minimales (courbe du bas) et maximales (courbe du bas) quotidiennes à Nouméa en janvier 2017 (en °C).

ventUn alizé fortement dominant

Avec 8 jours de présence au lieu de 15 habituellement, l’alizé est en retrait ce mois-ci. Nos anémomètres détectent son activité seulement 2 jours en tout début de mois puis 6 jours au cours de la dernière décade. Le courant d’Est a soufflé dans l’ensemble autant de jours que l’alizé, lors des premières et dernières décades. Entre temps du  6 au 21, c’est un vent variable et faible en général qui domine. Plutôt dépressionnaire du 6 au 12 lors des descentes de masses d’air tropical, il devient majoritairement d’origine anticyclonique du 13 au 21 janvier. Enfin, notons le passage d’un courant d’Ouest le 22 et le 23, associé au passage d’un front nuageux d’origine polaire, phénomène plutôt rare en saison chaude. C’est pendant ce passage perturbé que l’on a mesuré la rafale la plus forte du mois avec 67 km/h à Nouméa le 23 janvier.
Avec une vitesse moyenne de 7 kt au lieu de 8 habituellement, la force du vent sur le territoire a été  légèrement plus faible que la normale.

 

rosre noumea p

rosre ouanaham p
rosre koumac p rosre touho p
Fig. 7 : Roses des vents moyens horaires du mois mesurés à 10 mètres.

insolationEnsoeillement conforme à la saison

L’important déficit d’ensoleillement visible du 7 au 10 janvier sur les 4 graphiques correspond à l’épisode pluvieux qui a touché l’ensemble du territoire en début de mois suite à la descente d’air humide et chaud d’origine tropicale. Du 28 au 30, une couverture nuageuse d’altitude a également concerné l’ensemble du Territoire. On notera aussi le passage d’un front froid qui a touché le sud du Pays aux alentours du 23 et qui a apporté une importante nébulosité visible sur le graphe de Nouméa.
Le reste du temps, l’insolation oscille autour de valeurs normales caractéristiques du passage des nuages bas portés par l’alizé ou des cirrus portés par les jets d’altitude.

A Koumac et Ouanaham, l'ensoleillement est très légèrement déficitaire avec des valeurs respectivement inférieures de -3 et -2 % par rapport à la normale de janvier. A Nouméa et Poindimié, il est très légèrement excédentaire avec +3 % d’ensoleillement pour ces deux stations par rapport à d’habitude.
La station la plus ensoleillée du mois est celle de Magenta avec 77574 J/cm². La station la plus ennuagée est celle de Goro  qui enregistre 55691 J/cm².

ray noumea p ray koumac p

ray poindimie p

ray ouanaham p
Fig. 8 : Cumuls quotidiens de rayonnement global du mois (courbe verte) et moyennes du mois sur la période 1991-2010 (courbe rouge) en J/cm².

Légendes et définitions

Paramètres climatologiqus

  • Normales : on définit des valeurs dites «normales » pour les différents paramètres (température, précipitations…) ; elles sont obtenues en effectuant la moyenne du paramètre considéré sur trente ans. Ces valeurs « normales » servent de référence, elles représentent un état moyen. Elles peuvent être définies aux niveaux décadaire, mensuel, saisonnier ou annuel et permettent de mettre en évidence la tendance d’une décade, d'un mois, d'une saison ou d'une année : mois très arrosée, hiver frais, mois de février chaud, année déficitaire en précipitation.
  • Records : on définit également des valeurs dites « record » qui sont relatives à une période (record enregistré sur la période 1875-1990 par exemple) ; elles représentent les phénomènes extrêmes exceptionnels qui se sont produits au cours de cette période.

Légende des cartes

  • En raison des difficultés d’analyse et d’interpolation pour les paramètres qui varient beaucoup en fonction de l’altitude et du contexte géographique, nous avons grisé sur l’ensemble des cartes les zones dont l’altitude dépasse les 500 m.
  • La ligne rouge présente sur les graphiques du rayonnement représente la valeur moyenne quotidienne mesurée pour ce mois à la station donnée.

Equivalence entre unités

  • Précipitations

1 mm = 1 litre/m

  • Vent :

1 m/s = 3,6 km/h = 1,9 kt
1 km/h = 0,28 m/s = 0,54 kt
1 kt = 0,51 m/s = 1,85 km/h

Entrez la valeur, cochez l'unité puis cliquez sur "Convertir"
Résultat (valeur arrondie):

---------------------------------------------------------------------------------------------- PUBLICITE ----------------------------------------------------------------------------------------------