Crée par le Décret n°93-861 du 18 juin 1993, Météo-France est un établissement public de l’Etat à caractère administratif placé sous la tutelle du ministre chargé de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer (MEEM). Cet établissement, doté de la personnalité civile, jouit d’une autonomie financière et perçoit des recettes de la part de ses clients (ex : redevances de circulation aérienne, vente de publications, prestations exécutées à titre onéreux, etc.)

Notre mission telle que définie dans ce Décret n°93-861 est « de surveiller l’atmosphère, l’océan superficiel et le manteau neigeux, d’en prévoir les évolutions et de diffuser les informations correspondantes. »

En Nouvelle-Calédonie, Météo-France est représenté par sa Direction Interrégionale en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna. C’est également le Service de la Météorologie de la Nouvelle-Calédonie crée par la délibération n°151/CP du 16 mars 1992. Un système de management de la Qualité a été mis en place depuis fin 2005 et l’établissement est certifié, par le Bureau Veritas Certification, ISO 9001-2008.

Lien utile

Météo-France intervient dans les domaines suivants.

La sécurité des personnes et des biens

Face aux catastrophes naturelles telles que les cyclones ou les sécheresses, le météorologue mène une double tâche : il doit prévoir aussi exactement que possible le lieu et l'ampleur du phénomène afin de donner l'alerte en temps utile, et fournir des conseils avisés aux autorités responsables de l'élaboration et de l'application des plans et des dispositifs de prévention et d'atténuation des effets. Cette collaboration étroite de Météo-France avec les autorités de Nouvelle-Calédonie permet des prises de décisions vitales lors de ces moments délicats.

Par exemple, en période de risque cyclonique (novembre à avril), une coordination étroite est assurée entre la Sécurité Civile et Météo-France.

Nous menons quotidiennement un rôle essentiel de protection des personnes et des biens ; Météo-France en Nouvelle-Calédonie assure un suivi constant de la situation météorologique (24h/24) et fournit des bulletins actualisés de prévision sur répondeur trois fois par jour (ou plus souvent si les conditions l'exigent).

Les bulletins de prévision sont diffusés sur répondeur téléphonique à 6h, 11h et 16h. Le site Internet www.meteo.nc donne accès à ces bulletins ainsi qu’à de nombreuses autres informations météorologiques.

L’assistance météorologique à la sécurité aéronautique

En Nouvelle-Calédonie, Météo-France est le prestataire exclusif de l’assistance météorologique pour la navigation dans l’espace aérien sous juridiction française, dans le cadre du Ciel unique européen.

Son principal objectif est d’assurer la sécurité des vols.

A l’image de l’aérodrome d’Etat de La Tontouta, faisant partie de la liste de référence RSTCA, les aérodromes territoriaux et provinciaux sont équipés (ou en cours d’équipement) de stations météorologiques automatiques, et de matériels spécifiques : télémètres pour mesurer la hauteur de la base des nuages, diffusomètres mesurant la visibilité.

Afin d’améliorer la gestion du trafic et anticiper ses perturbations, des outils de visualisation et de suivi des zones orageuses sont en cours de déploiement et seront prochainement mis à disposition des contrôleurs aériens.

Préparer son vol pour éviter de prendre des risques, c’est vérifier la situation météorologique au départ, à l’arrivée et sur le parcours. Aussi, les aérodromes de Tontouta et Magenta disposent d’une station Météo-France, où les prévisionnistes élaborent à l’attention des pilotes, des bulletins de prévision pour l'aviation générale, et des dossiers de vols. Certains de ces produits sont accessibles directement par une visite dans la station ou par téléphone.

Ces informations aérologiques, intéressant par exemple les vélivoles, sont également disponibles sur le site Internet www.meteo.nc, rubrique aviation, tout comme les données de sondages d'altitude, sous forme d'émagrammes.

A Wallis et Futuna, l’assistance est assurée à l’aérodrome d’Hihifo où le personnel de Météo-France réalise et prépare (uniquement pendant les heures d'ouverture de la station) des dossiers de vols principalement pour les vols internationaux, les vols militaires et les évacuations sanitaires. Pour les vols locaux (entre Wallis et Futuna), les pilotes récupèrent eux-mêmes sur le site AEROWEB, leur dossier de vol, puis viennent à la station pour un point météo et visualisation de l'image satellite. Une assistance technique est apportée au gestionnaire de l'aérodrome de Futuna (TP Wallis et Futuna), dans le but de réaliser un métar automatique semi-horaire sur le site.

La météorologie au cœur de la vie économique

A défaut de pouvoir maîtriser le temps et le climat, l'homme a besoin de les prévoir de façon de plus en plus précise, pour assurer sa sécurité, pour rentabiliser ses activités et préserver son environnement.

Transports maritimes, aériens et terrestres, agriculture, tourisme, industrie, travaux publics, loisirs... : beaucoup de secteurs économiques ne peuvent se passer de la météorologie. Météo-France commercialise ses produits et ses expertises pour satisfaire ces demandes. Des prévisions du temps pour les manifestations sportives aux attestations d'intempéries après un épisode de fort vent, nous disposons de nombreuses données répondant aux besoins les plus divers. Des mesures précises sont disponibles à des fins de calculs statistiques sur des périodes de plus de quarante ans. Enfin des publications régulières sur le climat de périodes passées, proches ou plus lointaines ainsi que sur les phénomènes tropicaux saisonniers sont disponibles auprès de notre service.

La Division communication-commercialisation de Météo-France est à la disposition des clients et utilisateurs potentiels de l’information météorologique pour dialoguer, étudier leurs besoins et envisager si nécessaire des produits de prévision ou des prestations spécifiques.

L'information par les médias et les moyens spécialisés

Météo-France en Nouvelle-Calédonie fournit quotidiennement des bulletins météorologiques aux radios, à la chaîne de télévision RFO et à la presse, pour l'information des auditeurs et des lecteurs.

La station côtière de Nouméa transmet par liaison radio les différents bulletins de Météo-France aux navires en mer.

Des répondeurs téléphoniques concernant différents secteurs d'activités sont actualisés quotidiennement par nos spécialistes.

Météo-France à Wallis et Futuna élabore quotidiennement un produit télévisuel pour RFO et participe également par cet intermédiaire à l'information des populations dès que les conditions l'imposent.

La conservation de la mémoire du climat

C’est le travail des climatologistes de Météo-France qui, à partir des données mesurées et après contrôles et validation, constituent et gèrent la banque de données climatologiques. Les paramètres météorologiques mesurés sont :

  • Précipitations
  • Températures
  • Vent
  • Pression
  • Insolation
  • Rayonnement global
  • Humidité

A partir de ces mesures ils produisent, pour répondre à des commandes de clients, des études et de calculs statistiques :

  • ETP
  • Records
  • Moyennes
  • Normale
  • Rose des vents
  • Durées de retour
  • Dépassement de seuil

Enfin, ils réalisent des publications mis gratuitement à disposition ou vendues : atlas climatique, bilans climatiques mensuels ou annuels…

La maintenance du réseau d’observation météorologique

Les modèles numériques de prévision du temps effectuent la synthèse des données mesurées et observées. Le système local d'observation comprend une centaine de stations météorologiques (42 stations automatiques en temps réel dont trois sont situées sur des îles éparses inhabitées - Surprise, Matthew et Chesterfield, 11 stations automatiques en temps différé et 47 postes bénévoles), deux lâchers quotidiens de ballons pour réaliser des radiosondages en altitude, 3 radars (à Nouméa, Lifou et Tiébaghi). A ces observations, s’ajoute la réception directe des images satellites météorologiques du satellite géostationnaire japonais MTSAT.

Entretenir le réseau d’observation pour objectif d’en garantir la qualité météorologique ainsi que le système de transmission qui lui est adossé (liaison téléphonique, GSM…) est le travail quotidien des techniciens de maintenance de Météo-France.

carte connaitre

La maintenance des systèmes d’information

Les liaisons informatiques sont au cœur des échanges de données continus qui alimentent le processus d’élaboration de produits météorologiques. Elles se font principalement entre le centre de Toulouse et celui du Faubourg Blanchot et les stations de Tontouta et Magenta. Après l’intégration des données dans le système d’information pour contrôle, visualisation, traitement et production, les produits validés et expertisés sont envoyés vers des serveurs spécialisés, chargés d’aiguiller et de diffuser en temps réel toutes les informations météorologiques sur les divers canaux de télécommunication. 10 techniciens informatique gèrent et supervisent réseaux et serveurs avec le souci permanent de sécuriser l’accès aux informations météorologiques et de les diffuser vers l’extérieur (clients, média, institutions…) dans les délais et formats convenus.


En Nouvelle-Calédonie, l’effectif du service est de 73 personnes, dont environ 80% de fonctionnaires territoriaux. A Wallis-et-Futuna, son effectif est de 7 personnes. Son budget, y compris la totalité des dépenses de personnel, provient, pour environ 75% à 80%, du budget de Météo-France, le complément provenant du budget de la Nouvelle-Calédonie.

organigramme mini
Cliquer pour agrandir

En plus des fonctions techniques du service météorologique décrites ci-dessus (l'observation, les prévisions, la commercialisation…), les tâches administratives et comptables sont réalisées par les agents du centre du Faubourg Blanchot.

Les équipes

En Nouvelle-Calédonie, Météo-France emploie un peu plus de soixante-dix personnes chargées du bon fonctionnement du service et des stations. La direction est située au Faubourg Blanchot, à Nouméa ; les deux stations de Magenta et Tontouta font partie des infrastructures aéroportuaires. Dans l'intérieur et aux îles, l'observation est dorénavant automatisée à Koumac et à Ouanaham.

Nos adresses

station noumea Météo-France
Direction Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna

5 rue Vincent Auriol - Faubourg Blanchot
BP M2 - 98849
NOUMEA CEDEX

Tél. : +687 27.93.00
Fax : +687 27.93.27

Ouverture des bureaux 5j/7
de 8h à 11h et 13h à 15h30.
Prévision 24h/24 et 365j/an.
plan acces

 

Station de Magenta

Aérodrome de Magenta
98800 - NOUMEA

Ouverture en journée 7j/7.

Protection aéronautique des vols domestiques.
L'accès à la station de Magenta est réglementé car elle est située sur la plateforme aéroportuaire de Nouméa.

 

Station de Tontouta

Aéroport de la Tontouta
98890 - PAITA

Ouverture 24h/24 et 365j/an.

Protection aéronautique des vols internationaux.
L'accès à la station de Tontouta est réglementé car elle est située sur une plateforme aéroportuaire internationale et réservé aux pilotes et aux agents d'opération des compagnies aériennes.



A Wallis et Futuna

Huit personnes de Météo-France s'occupent de la bonne marche des stations de Wallis et de Futuna. Les agents n'ont pas le statut de fonctionnaire, ce sont des contractuels. Employés par Météo-France, ils sont recrutés par l'Exécutif du Territoire des îles Wallis et Futuna. Ils effectuent les activités suivantes :

  • Sécurité des personnes et des biens
  • Renseignement au public
  • Observations et mesures

 

wallis futuna

Station de Wallis
Aéroport de Hihifo
WALLIS

 

 


Station de Futuna
Aérodrome de Maopoopo
98620 FUTUNA

 

 

 

Nous contacter Pour entrer en contact avec Météo-France en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna, cliquez ici pour remplir le formulaire.

Technicien Supérieur de la météorologie

Fonctions

Les Techniciens Supérieurs de la Météorologie forment un corps de catégorie B. Sous l'autorité des ingénieurs et ingénieurs des travaux de la Météorologie, ils participent aux diverses activités des services météorologiques. Les stations météorologiques où ils peuvent être affectés sont : Nouméa, Magenta, Tontouta.

Les TSM sont répartis en deux filières :

  • exploitation : les techniciens (TSE) sont chargés des opérations de base de la météorologie opérationnelle (mesures et observations, transmissions des données, fourniture de renseignements aux usagers...).
  • instruments et installations : les techniciens (TSI) sont chargés du contrôle technique, du montage, de l'installation, du dépannage, de l'entretien et du perfectionnement des instruments de mesure et des appareillages utilisés par les services météorologiques. Ils peuvent également encadrer des ouvriers.

Concours

Les matières des épreuves d'admissibilité (écrit) et d'admission (oral) obligatoires, sont identiques pour les deux filières, toutefois les épreuves facultatives écrites diffèrent selon les filières (anglais, thermodynamique ou électrotechnique-électricité).

Les programmes sont ceux des baccalauréats S et STI.

L'épreuve orale consiste en un entretien d'une quinzaine de minutes avec un jury composé de représentants de Météo-France et de l'administration.

Ingénieur des Travaux de la météorologie

Fonctions

Les Ingénieurs des Travaux de la Météorologie forment un corps de catégorie A. Sous l'autorité des Ingénieurs de la Météorologie, ils participent aux activités météorologiques de nature technique et scientifique. Ils peuvent en outre être désignés pour assurer des fonctions ou missions particulières dans un poste d'enseignement ou de recherche. Ils peuvent également être placés à la tête d'une section de prévision générale ou spécialisée.

Concours

Les Ingénieurs des Travaux de la Météorologie sont recrutés par concours externe ou interne, ou par sélection professionnelle. Le programme et les épreuves des concours et de la sélection professionnelle sont ceux en vigueur en Métropole à la date d'organisation du concours ou de la sélection. Les épreuves se déroulent simultanément aux concours et à la sélection professionnelle d'Etat. (Ecole Nationale de la Météorologie : www.enm.meteo.fr)