Rédigé par Chris Landseaw

small twaves

Il est admis depuis les années 30 au moins (Dunn 1940) que les perturbations de la basse troposphère (de la surface de la mer à 5 km d'altitude) se déplaçant d'est en ouest servent souvent d'amorce de circulation pour un grand nombre de cyclones tropicaux dans l'Atlantique Nord. Riehl (1945) a contribué à prouver que ces perturbations, désormais connues sous le nom d' "ondes d'est africaines", prenaient naissance sur le nord du continent africain.

Bien que de nombreuses théories sur le mécanisme de formation de ces ondes aient été proposées au cours des dernières décennies, c'est Burpee (1972) qui a démontré que ces ondes sont générées par une instabilité du courant jet d'est africain (cette instabilité - connue sous le nom d'instabilité barocline/barotrope - se développe là où la vorticité commence à décroître vers le nord). L'apparition du jet est la conséquence de l'inversion du gradient de température de la basse troposphère au-dessus des parties ouest et centre de l'Afrique du Nord. Cette inversion est due au contraste entre les températures extrêmement chaudes sur le Sahara et les températures nettement plus froides le long de la côte du Golfe de Guinée.

Ces ondes se déplacent en général d'est en ouest dans le flux d'alizé de la basse troposphère au-dessus de l'océan Atlantique. Elles apparaissent le plus souvent en avril/mai et se maintiennent jusqu'en octobre/novembre.

Les ondes ont généralement une période de 3 ou 4 jours et une longueur d'onde de 2 000 à 2 500 km (Burpee 1974). Il faut garder à l'esprit qu'il serait plus juste de considérer les « ondes » comme des dépressions convectives actives le long d'un train d'ondes étendu. En moyenne, environ 60 ondes sont générées sur l'Afrique du Nord chaque année, mais il semble qu'il n'y ait pas de relation directe entre leur nombre et l'intensité de l'activité cyclonique annuelle dans le bassin Atlantique.

Alors qu'environ 60% seulement des tempêtes tropicales de l'Atlantique et des faibles ouragans (catégories 1 et 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson) proviennent des ondes d'est, elles sont à l'origine de près de 85% des ouragans intenses (ou majeurs) (Landsea 1993). On suppose toutefois que la plupart des cyclones tropicaux du Pacifique Est ont une origine africaine (Avila and Pasch 1995).

On ignore actuellement tout des mécanismes d'évolution de ces ondes au fil des ans, tant en intensité qu'en position, et dans quelle mesure elles sont liées à l'activité cyclonique dans l'Atlantique (et le Pacifique Est).


Retour sur : Définition de base