Dans le cadre de ses missions d'assistance aux institutions, Météo-France apporte régulièrement son expertise au comité en charge du suivi du risque épidémiologique de la Dengue, piloté par la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-Calédonie (DASS-NC).

En effet, le développement des moustiques vecteur de la dengue dépend des conditions climatiques. Les prévisions saisonnières que nous publions mensuellement permettent donc à la DASS-NC d’estimer le risque d’épidémie de dengue et donc d’anticiper les actions à mettre en œuvre par les équipes municipales de lutte contre les moustiques (larves et adultes).

Qu'est-ce que la Dengue ?

Il s'agit d'une infection virale transmise en Nouvelle-Calédonie par l'intermédiaire du moustique Aedes aegypti qui pond ses œufs dans les eaux propres (boîtes vides, sous-pots, gouttières...).

Le virus de la Dengue appartient à la famille des Flaviviridae (à laquelle appartiennent également les virus West Nile et de la fièvre jaune) dont il existe quatre sérotypes distincts (DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4). L’infection par un sérotype donné confère une immunité prolongée mais n'offre pas d'immunité croisée contre les autres sérotypes. Les infections répétitives avec des sérotypes différents exposent le malade à un risque accru de développer une forme sévère (dengue hémorragique avec ou sans état de choc, atteintes viscérales).

L'aspect clinique :

L'incubation varie de 4 à 7 jours en moyenne et la virémie (période durant laquelle le virus est présent dans le sang du malade) commence la veille du jour de début de la fièvre et dure pendant toute la phase fébrile.
Les symptômes les plus fréquents pendant la période aiguë (2 à 4 jours) :

  • fièvre élevée (39-41°C),
  • sueurs, frissons,
  • céphalées intenses avec douleurs typiquement rétro-orbitaires,
  • myalgies, arthralgies,
  • fréquemment : nausées, vomissements, anorexie,
  • altération de l'état général, malade abattu, l'asthénie peut durer trois semaines,
  • éruption cutanée erythémateuse et prurigineuse sur le tronc et les membres, fréquente mais non constante.

Mesures de protection individuelle

Il n’existe pas de vaccin contre la dengue. Pour limiter au maximum les risques d’infection, il est important de :

  • se protéger individuellement contre les piqûres de moustiques (utilisation de moustiquaires, port de vêtements longs, utilisation de répulsifs et de produits insecticides) ;
  • éviter la prolifération des vecteurs en éliminant régulièrement tous les lieux de reproduction des moustiques qui se trouvent à l’extérieur et à l’intérieur des maisons : soucoupes sous les pots de fleur, seau à boutures, réservoirs d’eau…

Sources : DASS-NC et INVS (Institut de veille sanitaire)

Dernières statistiques (nombres de cas, répartition géographique...) sur le site de la DASS