Bilan rédigé le jeudi 24 novembre 2016 et mis à jour le mardi 6 decembre 2016
 
Météo-France Nouvelle-Calédonie dresse un bilan météorologique de l'épisode pluvio-orageux qui a affecté la Nouvelle-Calédonie du 20 au 22 novembre 2016.

Formation et trajectoire du phénomène

Du dimanche 20 au mardi 22 novembre, l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie est touché par un temps fortement perturbé et un épisode de précipitations localement exceptionnel. Samedi 19, une vaste masse d'air chaud tropical se trouve sur les îles Salomon et se dirige lentement vers la Nouvelle-Calédonie. Sous l'impulsion de conditions météorologiques d'altitude très favorables en mer de Corail (courant jet, air froid et sec d'origine stratosphérique), un minimum de pression se creuse dimanche 20 sur le nord-ouest de la Grande-Terre (voir figure 1). Son déplacement très lent vers le sud et une forte alimentation en air chaud tropical provoque pendant 3 jours d'affilés de fortes pluies sur la Nouvelle-Calédonie, accompagnées localement d'orages et de vents violents.

Les fortes pluies n'épargnent aucune commune, mais ce sont surtout celles du centre de la Grande-Terre qui sont les plus touchées.

figure1
Figure 1 : Analyse du 22/11/2016 à 05h locales.
Source : Météo-France.

Mardi 22 décembre les pluies s'intensifient brutalement sur la chaîne et la côte Est de la Grande-Terre (Figure 2). Les quantités mesurées ce jour-là sont anormalement élevées voire exceptionnelles dans les communes de Kouaoua et Houaïlou. Mardi soir, la dépression continue son déplacement vers le sud en mer de Tasman. Le temps s'améliore alors sensiblement sur le territoire, permettant la levée de la vigilance.

figure2

Figure 2 : Composition colorée Himawari-8 du 22/11/2016 à 08h40 locales superposée

à la lame d'eau RADAR. Source : Météo-France.

Analyse des précipitations

C'est à partir du dimanche 20 que les pluies font leur apparition sur l'ensemble du territoire. L'intensité de l'épisode est encore faible, sauf par endroit dans le nord de la Grande-Terre où les quantités enregistrées sont déjà substantielles (84,4 mm en 24h sur les îles Belep).

Dès le lundi 21, l'épisode prend une tournure plus instable sur la chaîne centrale et le nord-est de la Grande-Terre. Une première cellule orageuse touche les communes de Ponérihouen, Poindimié et Koné en soirée. Sans être exceptionnelles, les quantités d'eau relevées par nos pluviomètres sont remarquables. En une heure, on enregistre jusqu'à 58 mm à Poindimié (durée de retour* 2 ans). Les cumuls de pluies relevées sur 24 heures sont de 256,3 mm au sommet de l'Aoupinié et de 186,6 mm sur le plateau de Tango (durées de retour* 2 ans).

Les conditions s'aggravent le mardi 22 novembre en début de journée sur les communes de Poya, Ponérihouen, Houailou, Kouaoua, Canala et Thio, où une vaste cellule orageuse génère des averses d'une rare violence. Mardi, on mesure en 6 heures jusqu'à 323 mm à la station de Méa  (durée de retour* 100 ans), localisée sur la chaîne montagneuse dans la commune de Kouaoua (Figure 3). A Houailou, La station Carovin (DAVAR) enregistre un cumul en 6 heures de 351,5 mm (durée de retour* 10 ans). A Poya et Ponérihouen, les stations météorologiques restent à l'écart des noyaux de précipitations les plus actifs mais sur ces communes le radar de Lifou fait apparaître des quantités de pluie en 6 heures de durée de retour* 50 ans.

figure22
Figure 3 : Cumuls maximaux de précipitations en 6h entre le 20 et le 22 novembre 2016.
Source : Météo-France.

A partir des relevés pluviométriques, on peut faire un recensement des épisodes pluvieux qui ont touché la Nouvelle-Calédonie depuis 1960. Il en ressort que l'épisode du 22 novembre 2016 se classe en 5ᵉ position dans la liste des épisodes les plus intenses jamais observées sur une durée de 6 heures. En tête de classement, on retrouve par exemple FREDA (2 janvier 2013) ainsi l'épisode diluvien de Noël 2011 qui avait déjà affecté la région de Houaïlou.

Durant ces 3 jours les quantités de pluies accumulées sont maximales sur Ponérihouen, Houailou et Kouaoua (Figure 4). Elles sont équivalentes à deux fois la quantité de pluie normalement enregistrées pendant tout un mois de novembre. Plus généralement, après cet épisode, les cumuls pluviométriques de novembre 2016 sont partout supérieures à la normale de saison.

Les conséquences des pluies sont catastrophiques. Les trombes d'eau qui se sont abattues sur les massifs montagneux ont provoqué des inondations à Canala, Kouaoua, Hienghène et Houailou, mais aussi sur l'autre versant, à Bourail. A Houaïlou les pluies ont provoqué des glissements de terrain meurtriers.

figure4
Figure 4 : Cumuls de pluie sur 3 jours, enregistrés du 20 au 22 novembre 2016. Source : Météo-France.

 

pluie 3jours 
 Cumuls de pluie enregistrés entre le 20 et le 23 novembre 2016

 

*Durée de retour : La durée de retour caractérise le temps statistique moyen séparant deux occurrences d'un événement naturel d'une intensité donnée, en un lieu de mesure donné. Par exemple, dans le cas d'une durée de retour 100 ans, cela signifie que l'événement se produit en moyenne à la fréquence d'une fois tous les 100 ans. Cela ne veut pas dire que cet événement se produira cycliquement à chaque 100 ans écoulés, mais que statistiquement il a 1 % de chance de se produire chaque année.


Analyse du vent

Les vents les plus rapides sont enregistrés les 21 et 22 novembre. Ce sont sur les extrémités de la Grande Terre que ces vitesses sont les plus élevées. Elles atteignent 100 km/h le 21 au petit matin à Poingam (commune de Poum) et dépassent les 95 km/h à Montagne des Sources et Goro (commune de Yaté) dans la nuit du 21 au 22 (Figure 5).

figure5 

 Figure 5 : Rafales maximales enregistrées entre le 20 et le 22 novembre 2016

en Nouvelle-Calédonie. Source : Météo-France.

 Analyse de l'activité orageuse

Du samedi 19 au mercredi 23 novembre, près de 2600 éclairs (intra-nuages et nuages-sol) sont  enregistrés sur l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie. La moitié de ces éclairs se forme dans la nuit du lundi 21 au mardi 22, dans un rayon de 50 km autour de Ponérihouen. Environ 600 d'entre eux impactent le sol (Figure 6).

L'activité électrique de cet épisode pluvio-orageux a été relativement peu intense. À titre de comparaison, l'épisode du 10 octobre dernier, bien moins actif en termes de pluie, a engendré 15 000 éclairs (intra-nuages et nuages-sol) en une journée.

figure601

Figure 6 : Impacts de foudre au sol enregistrés entre le 21 et le 23 novembre 2016

sur la région de Ponérihouen. Source : Météo-France.

 

 

Pour en savoir plus : le site national de Météo-France

Le site pédagogiqueLe glossaireLes vidéos explicatives
Informez-vous sur :
  • La prévision de temps
  • Le climat passé et futur
  • Les activités de recherche

Découvrez plus de 400 définitions de termes utilisés en météorologie.

Accédez à des videos concernant :

  • Les risques météo
  • La prévision
  • Le climat....
Visiter Visiter Visiter